Restauration et réhabilitation, quelle est la différence ?

En architecture et dans le monde du bâtiment, ce sont deux termes que l’on confond parfois. Restauration et réhabilitation, quelle est la différence ? BMI, Bureau d’Études spécialisé dans le patrimoine ancien, fait le point.

Dans le cadre de constructions anciennes ou de bâtiments historiques, il est primordial, lorsque l’on effectue des interventions, de conserver leur valeur patrimoniale et marchande. Les travaux peuvent alors relever, entre autres, de la restauration ou de la réhabilitation.

Qu’est-ce que la restauration ?

Lorsque l’on restaure une construction, on effectue des travaux qui la rapprocheront de son état initial. Dans le cadre d’un ouvrage ancien, il s’agit de restituer sa forme primitive et historique. C’est donc la remise en état d’un bâtiment dans son état originel.

Le but de la restauration n’est ainsi pas de revisiter ou de dénaturer une bâtisse mais bien de rester le plus fidèle aux caractéristiques de sa construction. Selon la nature des travaux, il peut s’agir de révéler ou de reconstruire entièrement des éléments de l’ouvrage.

La restauration est synonyme de préservation de l’histoire du bâtiment. Elle implique donc des techniques, des logiques de construction ainsi que des matériaux de l’époque, souvent traditionnels. C’est pourquoi elle est généralement relativement coûteuse.

Qu’est-ce que la réhabilitation ?

La réhabilitation est le fait de travailler sur une construction avec l’intention de préserver son caractère historique. On rénove, mais l’on ne détruit pas la structure principale, comme la façade, par exemple. Ce sont des interventions afin de réaménager l’intérieur d’un bâtiment en préservant son aspect extérieur.

Il s’agit donc de réparations, de reconstructions, de restaurations, de rénovations et de réaménagements effectués avec un but : la préservation d’un esprit patrimonial. La réhabilitation est souvent un mélange visible d’ancien et de moderne avec le respect des caractéristiques principales du bâtiment.

Cela peut impliquer des ajouts d’éléments contemporains et le changement de fonction d’une pièce. Par exemple, le Louxor, emblème du 19ème arrondissement de Paris, cinéma puis discothèque, BMI l’a réhabilité en 2007 pour le transformer à nouveau… en cinéma !

La réhabilitation implique un suivi réglementaire très strict. Elle est souvent effectuée lorsqu’un bâtiment est classé monument historique ou inscrit à l’inventaire du patrimoine.

Le Bureau d’Études BMI est spécialisé dans les monuments historiques et le patrimoine ancien. Nos experts en restauration et réhabilitation accompagnent Maîtres d’Ouvrages et architectes dans leurs projets.

Les derniers articles