Rencontre avec David Ingénieur des Ponts et Chaussées et Architecte

J’ai le privilège d’aller à la rencontre d’édifices singuliers, uniques et de mettre mon savoir-faire au service d’ouvrages d’exception.

David est Ingénieur des Ponts et Chaussées et Architecte DE. Arrivé chez BMI en 2015, il est aujourd’hui Responsable du pôle Patrimoine-Réhabilitation. Il revient pour nous sur sa passion pour le patrimoine ancien, son métier polyvalent et ses projets en cours.

Rencontre.

En quoi consiste ton poste chez BMI ?

Je suis sur énormément de tâches et de dossiers différents. Je fais de la gestion de projets, des analyses et réponses à des appels d’offres, des mémoires techniques, de l’organisation et de la gestion interne, des devis pour de futures nouvelles affaires et, sur certains sujets sensibles, de l’interface entre Clients et Ingénieurs.

Mais je suis aussi amené très régulièrement à me déplacer partout en France et de temps en temps dans les DOM-TOM. Je vais souvent sur le terrain pour voir de potentielles futures affaires, réaliser des diagnostics de bâtiments, ou bien pour voir les avancées de travaux sur un ouvrage.

D’où te vient ton amour pour le patrimoine ancien et la réhabilitation ?

J’y ai, depuis mon enfance, toujours été confronté, notamment car j’ai grandi à proximité de deux villes moyennes très historiques et à forte valeur patrimoniale : Chantilly et Senlis. Sans parler des week-ends et vacances passés, petit, à visiter cathédrales, châteaux et autres bâtiments patrimoniaux. Aussi simple que cela puisse paraître, ma passion pour les monuments historiques y est sans aucun doute liée.

Je pense avoir toujours eu l’envie d’évoluer professionnellement dans ce domaine. Par ma formation initiale d’architecte, j’aurais très bien pu me diriger vers d’autres voies comme l’architecture du patrimoine, mais j’ai choisi de poursuivre avec un diplôme d’ingénieur. De façon générale je pense que l’architecture et l’ingénierie des structures sont indissociables, et cela est d’autant plus vrai dans les édifices patrimoniaux. Suite à cela, je me suis demandé s’il existait des Bureaux d’Études spécialisés dans ce domaine et j’ai vite réalisé qu’il en existait, mais peu. Parmi eux, BMI. Je me suis donc précipité dessus et y ai fait mon stage de fin d’études. Je m’y épanouis depuis.

Cela fait donc plus de six ans que tu es chez BMI. Pourquoi y être resté après la fin de tes études ?

J’ai compris dès nos premiers mois de collaboration que nous partagions la même vision du patrimoine ancien. Les Bureaux d’Études spécialisés dans les monuments historiques sont rares et j’ai trouvé chez BMI tout ce que je recherchais en termes de façon de travailler et de penser chaque projet, chaque diagnostic. J’ai le privilège d’aller à la rencontre d’édifices singuliers, uniques et de mettre mon savoir-faire au service d’ouvrages d’exception.

Évidemment, en six ans, mon métier et mon rôle dans la société ont bien évolué. Aujourd’hui, ce qui caractérise mon travail est son aspect multitâche. J’occupe un poste pluriel qui implique de jongler entre plusieurs dossiers : j’alterne micros-tâches avec missions de longue haleine tout en devant manager les autres ingénieurs et participer au développement de BMI. Être dans une dynamique constante et pas dans du “mono-tâche” est essentiel pour moi. Cela fait que je suis proactif, extrêmement polyvalent et réactif. Et surtout, que je ne m’ennuie pas.

Un projet BMI dont tu es particulièrement fier ?

Je pense directement à la Résidence Eisenhower, un ancien hôtel particulier de Reims. Nous l’avons totalement réhabilité et restauré. Cet édifice me tient à cœur, car c’est l’un des premiers projets que j’ai suivis en tant que Chef de Projet. Les travaux sont sur le point d’être terminés. C’est un édifice peu connu du début du XXème siècle et absolument magnifique.

Les derniers articles

Marseille Église les Réformés

Officiellement baptisée Eglise Saint Vincent de Paul, les Marseillais l’appellent l’Église des Réformés, un surnom qui lui vient de l’ancienne chapelle que les religieux Augustins réformés avaient édifiée en 1611 à cet endroit-même. Sa construction, débutée en 1852 et semée de complications, notamment financières, aura duré plus de 40 ans.

En lire plus »

Cinéma Le Louxor : l’emblématique !

Véritable emblème de Paris, le Cinéma Le Louxor, bientôt centenaire, se situe dans un endroit stratégique de la capitale : au carrefour des IXe, Xe et XVIIIe arrondissements de Paris. Inauguré en Octobre 1921, il est l’un des cinémas les plus anciens de la capitale, mais aussi l’un des plus atypiques.

En lire plus »